La Cène…

Au moment où Bart se met au lit avec Sabine pour presser son membre chaud contre ses cuisses, je regarde au coin de la porte et je lui dis : “Désolé de vous déranger, mais ça vous dérange si je m’allonge un peu ? Je sens que j’ai quelque chose de bien à faire avec vous”. D’abord les deux tasses un peu mais ensuite ils s’arrangent tous les deux pour me laisser entrer dans leur cavè d’amour. “Merci”, chuchote Karin et pose sa main chaude sur la cuisse de Bart où elle rencontre la main de Sabine. Au début, elle est effrayée mais bientôt ils partent ensemble.

 

Bart gémit pendant que les doigts des dames font leur travail et Maurice colle sa tête au coin : “Karin est avec toi ? Je voulais lui demander s’il était vrai que pendant mon sommeil hier, elle m’a utilisé pour satisfaire ses désirs silencieux pour son mari et avec cela aussi moi en tant que tel”. Les clous qui percent le gland de Bart lui font réaliser qu’une des deux dames est très impressionnée par l’entrée de Maurice. Le “AU” strident qu’il frappe est le signal pour Maurice de glisser sur les jambes de Bart, nu comme il se tient là, du bout du pied sous la couette. “Martin avait-il raison”, soupire Bart lorsqu’il remarque que le membre raide de Maurice qui glisse sur sa jambe l’excite involontairement plus que la présence des deux dames nues à sa gauche et à sa droite.

 

Dans la confusion qui s’installe sous la couette, on ne sait bientôt plus clairement quelle main appartient à qui et quelles lèvres se ferment autour de quoi. Personne ne semble s’en soucier, pas même Ruud lorsqu’il balance ses boucles blondes autour du montant de la porte et d’un ton engagé, sans vouloir cogner quelqu’un devant la jambe endolorie, demande si c’est bien qu’il prenne lui aussi une place au pied avec Mona par pur plaisir. Personne n’a besoin de réfléchir longuement à cela, les personnes ayant une double langue sont toujours les bienvenues dans ces occasions. “Les langues sont toujours trop courtes”, dit Bianca, qui se trouvait à écouter dans le couloir, “je peux le confirmer. Vous vous reconnaissez beaucoup mieux lorsque quelqu’un d’autre vous montre que vous êtes plus qu’un ego qui ne sait pas quoi faire de lui-même. Vraiment, avancez un peu et je vous expliquerai”.

Leave A Comment